précédentsommairesuivant


4- LES IMMEUBLES DE GRANDES HAUTEURS

INTRODUCTION

La réglementation des immeubles de grande hauteur (I.G.H.) est relativement récente.

Sa première élaboration date du début des années 1960, époque à laquelle ces immeubles ont fait leur apparition. Dans le passé,la longueur des échelles augmentait en fonction de la hauteur des bâtiments. Ce n'était plus possible dans le cas des I.G.H. Il a donc fallu de sérieuses études et le premier règlement de sécurité I.G.H. a fait son apparition en Novembre 1967.

Les immeubles de Grande Hauteur sont régis par :

- les articles R 122.1 à R 122.29 et R 152.1 à R 152.3 du Code de la Construction et de l'Habitation.

- L'arrêté ministériel du 18 Octobre 1977 modifié par l'arrêté du 22 Octobre 1982 (règlement de sécurité des I.G.H.).

4.1 - OBJECTIFS

L'objectif de cette réglementation repose sur 3 points essentiels :

            - l'évacuation et le sauvetage des personnes dans les zones sinistrées et îles contiguës
            - ne pas faire courir de risques au voisinage ( autres zones ) continuité de la vie
            - la protection  vis à vis  d'un feu extérieur

En effet, en cas d'incendie ou de panique, les occupants d'un immeuble, quelle que soit sa destination, ne doivent subir aucun dommage corporel. En outre, les personnes se trouvant dans le voisinage ne doivent courir aucun risque du fait de son effondrement ou de projection de matériaux ou d'éléments de construction.

Dans les grands immeubles traditionnels, de hauteur courante, n'excédant pas la limite de portée des grandes échelles aériennes des Sapeurs-Pompiers (28 mètres), les deux exigences rappelées ci-dessus sont généralement satisfaites en rendant possible l'évacuation rapide, en bon ordre et à pied, de la totalité des occupants et éventuellement, des occupants des immeubles voisins.

Cette nécessité implique au minimum et dans tous les cas :

- d'une part des dégagements suffisants en nombre et en largeur et judicieusement répartis.
- d'autre part un éclairement suffisant, assuré le plus souvent par un éclairage de sécurité.

Dans les I.G.H., tels qu'ils sont définis ci-dessus, la sécurité des occupants ne peut être obtenue ainsi car :

- le nombre et la largeur des escaliers réglementaires sont impossibles à réaliser.
- les personnes âgées, infirmes ou impotentes ne pourraient descendre par les escaliers, plusieurs étages (cf TYPE "U" dans les E.R.P.)
- la concentration dans les escaliers de plusieurs centaines de personnes risquerait de provoquer un effet de panique.
- l'intervention des Sapeurs-Pompiers est impossible à réaliser au moyen de l'échelle aérienne et se trouve donc dangereusement retardée.

Etant donné que l'évacuation totale est très difficile, il est apparu que  le seul système de sécurité valable, pour le I.G.H., était fondé sur la certitude de vaincre le feu avant qu'il n'ait atteint une trop dangereuse extension. Il suffit alors pour assurer leur sécurité, d'évacuer simplement par les escaliers protégés, les seuls occupants du ou des locaux sinitrés ou immédiatement menacés. C'est l'évacuation partielle.

Pour cela, il faut empêcher la propagation de la chaleur et la diffusion des fumées dans les parties de l'immeuble non sinitrées.

D'où la nécessité :

            d'un compartimentage
            de la limitation du Potentiel Calorifique
            de dispositifs techniques conséquents
            de moyens de secours appropriés

4.2 - CLASSEMENT

Constitue un immeuble de grande hauteur tout corps de bâtiment dont le plancher du dernier niveau est situé par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable par les engins des services publics de secours et de lutte contre l'incendie :

            - à plus de 50 mètres pour les immeubles à usage d'habitation tels qu'ils sont définis par l'article R 111.1 du CCH.
            - plus de 28 mètres pour les autres immeubles (E.R.P. par exemple).

Remarque : Ne sont pas soumis aux dispositions  du décret, les I.G.H. dont la destination implique normalement la présence de moins d'une personne par 100 m² de surface hors oeuvre à chacun des niveaux.

Les immeubles de grande hauteur sont classés suivant leur destination comme suit :

- G.H.A.          : Immeubles à usage d'habitation
- G.H.O.          : Immeubles à usage d'hôtel
- G.H.R.          : Immeubles à usage d'enseignement
- G.H.S.          : Immeubles à usage d'archives
- G.H.U.          : Immeubles à usage sanitaire
- G.H.W1        : Immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher bas du dernier niveau est comprise entre 28 et 50 mètres
- G.H.W2        : Immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher bas du dernier niveau est supérieure 50 mètres
- G.H.Z.          : Immeubles à usage mixte. Cette classe groupe les I.G.H. répondant à plusieurs des usages indiqués ci-dessus. Ils peuvent contenir en outre, certains autres établissements assujetttis ou non au décret du 31 Octobre 1973.

- Des dispositions absolument sûres doivent être prises

pour permettre L'EVACUATION et la MISE EN SECURITE

des personnes occupant les LOCAUX SINISTRES

- Il est nécessaire de réduire au maximum

les risques d'ECLOSION et de PROPAGATION d'un sinistre

- La STABILITE au FEU de l'immeuble doit être assurée et

il ne doit pas y avoir de PROJECTION de matériaux

- Dans les étages non affectés par le feu,

le maintien de la vie normale doit être assurée,

dans des conditions de nature à éviter la PANIQUE

- Il doit être réalisé un dispositif efficace

d'ALARME, d'ALERTE et de LUTTE contre l'incendie

- La distance maximale entre l'immeuble et le Centre de Secours Principal

le plus proche doit être telle que les sapeurs-pompiers puissent,

quelles que soient les circonstances (circulations, relief, climat)

 arriver sur les lieux de l'intervention dans des délais compatibles

 avec la sécurité

- Des dispositions doivent être prises concernant les OBLIGATIONS des PROPRIETAIRES et des OCCUPANTS

- Des CONTROLES périodiques doivent être réalisés

Ceci conduit à la régle suivante

EVACUATION et  MISE EN SECURITE des OCCUPANTS des LOCAUX SINITRES et des ZONES CONTIGUES

précédentsommairesuivant